Dégradation des écosystèmes : comment inverser le cours des choses ?

La pandémie ayant suscité une prise de conscience et une acceptation croissante de la nécessité de prendre des mesures en urgence, les discussions sur le changement climatique se sont multipliées ces douze derniers mois. Mais de quel ordre pourraient être ces mesures ? La transition indispensable vers des formes d’énergies durables s’accélère mais d’autres enjeux, plus difficiles à traiter, n’attirent pas autant l’attention.
Les Nations unies cherchent donc à combler ce manque avec leur initiative baptisée « Décennie pour la restauration des écosystèmes ». Que recouvre la notion de restauration des écosystèmes et cette cause louable peut-elle profiter aux investisseurs ?
L’urgence de restaurer les écosystèmes détériorés
Les écosystèmes de la planète sont essentiels au maintien de la vie sur Terre. Pourtant, ces ressources et ces habitats précieux ne sont pas toujours traités avec respect. Des décennies de surutilisation, de surconsommation et de négligence ont entraîné la destruction ou une sérieuse dégradation de nombreux écosystèmes vitaux. Cette situation n’est pas durable car, si la consommation se poursuit au même rythme, il faudrait l’équivalent de 1,6 Terre pour produire toutes les ressources utilisées chaque année.

Heureusement, il n’est pas trop tard. Les mesures de restauration des écosystèmes peuvent prévenir, stopper et même inverser la dégradation des écosystèmes sur chaque continent et dans chaque océan. La réduction de la pollution de l’air, des océans et de l’eau, le renforcement de la lutte contre les inondations et les initiatives visant à rendre l’agriculture plus durable peuvent contribuer à la lutte contre le changement climatique et à la prévention de l’extinction massive des espèces. Toutefois, le temps ne joue pas en notre faveur. D’où l’urgence de la Décennie des Nations unies pour la restauration des écosystèmes, qui couvrira la période 2021-2030 et coïncidera avec l’échéance fixée pour les Objectifs de développement durable des Nations unies dans les domaines de la pauvreté, de la faim, de la santé, de l’eau, des villes, du climat, des océans et des terres.
Protéger la contribution économique de la nature
On ne le sait pas toujours, mais la nature est l’un des actifs économiques les plus productifs au monde. Selon les Nations unies, les dommages causés aux écosystèmes, notamment aux forêts, aux prairies et aux récifs coralliens, ainsi que la perte de biodiversité qui en résulte, pourraient réduire l’économie mondiale de près de 10 000 milliards de dollars d’ici à 2050. Ces pertes sont liées à la diminution des rendements agricoles et des captures de poissons, ainsi qu’à une exposition accrue aux catastrophes naturelles.
A l’inverse, si des mesures sont prises pour restaurer ces écosystèmes menacés, les avantages qui en découleront seront aussi bien économiques qu’environnementaux. Par exemple, la restauration d’ici 2030 de 350 millions d’hectares d’écosystèmes terrestres et aquatiques en mauvais état pourrait générer 9 000 milliards de dollars de services écosystémiques, et permettrait également de retirer de l’atmosphère jusqu’à 26 gigatonnes de gaz à effet de serre.
Des investissements sont nécessaires pour accélérer la restauration des écosystèmes
L’initiative de la Décennie des Nations unies a pour objectif d’accélérer la restauration des écosystèmes à l’échelle mondiale et de rendre l’avenir plus durable. Cette initiative nécessitera une véritable dynamique politique, mais elle offrira en parallèle aux entreprises, aux communautés locales et aux particuliers une multitude d’opportunités qui impliqueront des investissements importants.
Selon certaines estimations, la restauration des écosystèmes pourrait créer pour les entreprises des opportunités d’une valeur de 6 000 milliards de dollars d’ici 2030, réparties en trois volets socio-économiques clés : les océans et les systèmes hydriques, les terres, l’alimentation et les forêts et, enfin, les villes et bâtiments durables.
À quoi pourraient donc ressembler ces opportunités ?
LES SYSTÈMES OCÉANIQUES ET HYDRIQUES
Les écosystèmes aquatiques contribuent à la subsistance de milliards de personnes, régulent le climat, produisent la moitié de notre oxygène et alimentent le cycle de l’eau. Pourtant, malgré leur importance, ils sont menacés. Des tonnes de déchets plastiques polluent les océans, la surpêche menace la durabilité des stocks de poissons et nos systèmes d’eau douce sont pollués par les eaux usées et les produits chimiques.
Fort heureusement, ces dommages ne sont pas irréversibles. Grâce à des accords politiques, la pêche peut redevenir durable, la consommation d’eau peut être réduite grâce à un recyclage plus efficace et une meilleure irrigation agricole et les polluants peuvent être traités avant d’atteindre les systèmes d’eau.
Sols, alimentation et sylviculture
Les écosystèmes terrestres sont indispensables à la vie car ils fournissent des aliments, de l’eau, des habitats pour les organismes et contribuent à la biodiversité Les terres agricoles sont sans doute notre écosystème le plus vital, mais la production alimentaire est mise en péril par la surexploitation agricole, l’utilisation excessive d’engrais et la dépendance excessive à quelques espèces végétales, dont neuf seulement (dont le riz, le maïs et le blé) représentant les deux tiers de la production agricole mondiale totale.
La science offre déjà tout un éventail de solutions, de l’agriculture verticale à l’amélioration de l’efficacité des cultures, en passant par les pratiques favorables à la biodiversité. Toutefois, ces remèdes efficaces ne sont pas suffisamment développés et doivent être plus largement adoptés pour insuffler de véritables changements.
La recherche croissante de terres agricoles a également amplifié la déforestation et l’assèchement des tourbières. Ces deux écosystèmes sont essentiels à la lutte contre le changement climatique et peuvent facilement être restaurés par la plantation d’espèces d’arbres indigènes sur des terres agricoles désaffectées, l’intégration de forêts dans des environnements plus urbanisés et la réhumidification de tourbières dégradées. Ces solutions sont souvent peu coûteuses et peu techniques, mais leur impact peut se révéler important.
Villes et immeubles durables
Les écosystèmes urbains sont essentiels à notre mode de vie, mais leur pollution est responsable de 7 millions de décès par an. Cela ne devrait pas être le cas. Dans le monde entier, des villes mettent actuellement en œuvre de vastes programmes visant à s’affranchir des modèles linéaires « extraire, fabriquer, jeter » pour privilégier des systèmes circulaires axés sur l’amélioration de la gestion des déchets. Les fabricants de vêtements lancent actuellement des initiatives qui incitent les consommateurs à « emprunter » plutôt qu’à « acheter » des vêtements, qui peuvent ensuite être recyclés et transformés en d’autres produits.
Les cours d’eau dans les zones urbaines et les zones boisées sont nettoyés et restaurés pour créer des espaces publics plus propres et plus sains, alors que les revêtements perméables et les zones humides urbaines sont utilisés pour assurer une protection contre les inondations et la pollution. Les innovations technologiques entraînent également un développement des villes intelligentes, qui peuvent réduire les embouteillages et contribuer à une utilisation généralisée des énergies propres.
Mobiliser la communauté des investisseurs
Les Nations unies ont raison d’insister sur la nécessité de restaurer nos écosystèmes et leurs initiatives devraient trouver un écho plus important auprès des gouvernements. Mais pour avoir l’impact réellement souhaité, la restauration des écosystèmes aura besoin du soutien de tous les acteurs, qu’ils soient publics ou privés. Aucune autre alternative n’est envisageable.
Chez BNP Paribas Asset Management, nous pensons que la communauté des investisseurs peut jouer un rôle majeur pour lever les financements nécessaires via diverses initiatives. Une telle démarche peut sensibiliser les investisseurs professionnels et les particuliers aux opportunités concrètes offertes par la transition vers un monde plus durable, et peut promouvoir ce thème en donnant accès à des solutions d’investissement responsable. Les investisseurs peuvent également initier un dialogue avec les entreprises de tous les secteurs pour s’assurer qu’elles améliorent leurs propres normes environnementales, sociales et de gouvernance.
Nous avons pris des engagements forts pour accompagner la transition vers un monde meilleur, plus sain et plus durable, dans tous les écosystèmes. Nous recherchons donc les meilleures opportunités qui répondent aux objectifs d’investissement à long terme de nos investisseurs, qui les aident à donner une place plus importante aux enjeux écologiques, et ce afin d’avoir des impacts positifs sur la planète.

THÈMES D’INVESTISSEMENT ET EXPERTISES

En savoir plus sur nos thèmes d’investissement et expertises.
Copy link
Powered by Social Snap